Le concertina ?
 
 
 
 
 
 

1. L'irish concertina
2. L'acquérir
3. L'entretenir
4. L'améliorer ?
5. Le réparer

*
*    *










1. L'irish concertina

On trouve en d'autres lieux un historique et une présentation du concertina. "La toile" nous permettant de "surfer"  vers d'autres cieux sans avoir l'impression d'abandonner son aire de lecture je vous invite à vous rendre sur ces sites en langue française :

http://perso.net-up.com/gilbertcarrere/historique.htm
http://assoc.wanadoo.fr/f1jek/vironaires/concertinafr.htm
 http://perso.wanadoo.fr/efp/

... et pour ceux  qui lisent  la langue de Shakespeare se reporter à la page des liens.

*
*    *

Il vient de vous être présenté un petit instrument à soufflet et à anches libres, de forme généralement hexagonale, à la fois proche et éloigné de son cousin l'accordéon, se déclinant en plusieurs sous familles : anglo, english ou duet. Je ne vous parlerai que de l'anglo concertina autrement présenté comme "concertina diatonique".

Si l'anglo concertina est utilisé en de nombreux pays pour satisfaire de nombreuses musiques (Angleterre, Pays de Galle, Australie, Afrique du Sud...) je me limiterai aux spécificités de l'instrument  utilisé en standard par le musicien traditionnel irlandais. Cet instrument est l'anglo concertina à 30 boutons accordé en Do/Sol sur trois rangées de boutons (une rangée pour la gamme de Do, une pour la gamme de Sol, une pour les altérations de notes).

En théorie un concertina diatonique comme notre anglo se joue sur une rangée, mais quiconque saisit pour la première fois un instrument en Do/Sol et s'essaye d'y monter une gamme en suivant le "style irlandais" qui croise les rangées, s'étonne. Pourquoi agir de la sorte ? Pourquoi jouer une majorité d'airs en Ré et en Sol en s'obstinant à ne pas privilégier un instrument accordé en Ré/Sol ...alors qu'il en existe ? Est-ce pour suivre l'esprit non cartésien de l'artiste irlandais (?).

Je citerai Noël Hill comme argument d'autorité, jouer croisé  "c'est mieux pour le phrasé de la musique irlandaise et les possibilités d'ornementation". Quant au reste le choix de l'anglo est certainement lié à l'habitude de jouer avec un instrument jadis plus disponible et surtout moins cher que les autres modèles. Le flux de l'histoire nous laisse avec un concertina trois rangées système diatonique accordé en Do/Sol, devenu un standard pour notre musique mais, curieux retour des choses, aujourd'hui beaucoup plus cher qu'hier du fait de sa forte demande.

De nombreux luthiers renforcent ou ont renforcé la tendance qui nous éloigne de l'anglo d'origine avec son ordonnancement de boutons, en dupliquant les notes les plus jouées pour offrir du confort au musicien. Ainsi trouve-t-on  le premier bouton de la rangée des altérations avec, comme un concertina english, la même note (Do#) en tirant et poussant (système Jeffries). Ainsi rencontre-t-on parfois un 31ème bouton devant le premier bouton (Si/Do) de la rangée de Do, réservé aux notes Fa# et Mi, pour dupliquer les notes de même nom mais inversées de leur sens d'origine.


Retour haut de page 
Retour sommaire
Dernière mise à jour : Septembre 2002


2. Acquisition

2.1.  Le neuf :

Il n'est pas facile d'acquérir notre instrument. En France les acheteurs potentiels sont rares, peu de magasins en proposent et le marché de l'occasion est plus qu'aléatoire. L'offre de concertinas est sans nuances, soit bas de gamme, soit (très) haut de gamme.

Pour vous aider dans votre choix, pour ceux qui lisent l'anglais, un bon endroit qui offre une vision globale des luthiers avec leur critique : http://www.concertina.net/guide.html

Pour ma part je résumerai la problématique d'achat de la manière suivante :

- Vous souhaitez acquérir un concertina, mais sans vouloir trop investir dans l'instrument ni en temps et ni en argent, juste pour vous y essayer.  Tournez-vous vers un concertina de manufacture (manufacture s'oppose pour moi à instrument artisanal) avec de nombreuses parties réalisées en Chine :

http://www.hohner.de

http://www.baldoni.com/Concertinas.html

Optez pour le modèle Stagi W-15-LN qui possède un système de boutons très solide. (Achat possible chez Scotto Music voir http://www.scottomusique.com).

A noter une autre référence intéressante, que je n'ai toutefois pas testé, au prix encore plus bas que le modèle W-15-LN : le modèle Rochelle de "concertina connection". Voir : http://www.concertinaconnection.com/rochelle%20anglo.htm . A défaut de me prononcer personnellement lire l'opinion de Nicolas un acquéreur en Août 2007 ici

- Vous désirez un vrai et bon concertina qui vous permettra de mener une longue "carrière" dans les sessions de votre ville, vous avez la patience d'attendre et les moyens financiers de satisfaire votre passion, je vous conseille une commande chez un de ces trois luthiers.

     . Wheatstone, voir http://www.wheatstone.co.uk/

     . Suttner, voir http://www.suttnerconcertinas.com/

     . Dipper, écrire (en anglais) à : dipperconcertinas@hotmail.com

Pour tout connaître du modèle "County Clare" (mon propre modèle !) et notamment l'entendre
Voir "The Famous Dipper County Clare Concertina" http://www.concertinatom.com/DipperClare.htm

Ces modèles de luthier coûtent 10 fois plus cher que les modèles manufacturés mais sont sans mauvaises surprises et pourront être revendus, le cas échéant, sans problème.

Un dernier conseil : choisissez un instrument léger. Si on ne s'en rend pas bien compte à l'achat le poids est un facteur important pour la fatigue musculaire. Conforté par DeVellis dans la liste de diffusion rec.music.makers.squeezebox voir ici  je conseillerai mon concertina, un modèle "County Clare" de Dipper, petit et léger. Pour les curieux du poids des concertinas voir aussi http://www.concertina.net/guide_weights.html

Depuis la création de mon site, le marché évolue et de nouveaux facteurs de concertinas apparaissent... S'il ne m'est pas facile de suivre cette évolution fort heureusement des concertinistes le font pour moi ! Ci-après un message reçu en septembre 2008, par un compatriote vivant en Amérique. Je souligne ce qui me semble important :

"Bonjour Didier
 Un grand merci pour ce site. Les concertinistes francophones t'en sont certainement reconnaissants. En fait, installe dans le Nord-Ouest des USA depuis 20 ans, j'en oublie mon francais, mais, curieusement, pas mon breton! Site tres complet. Je joue moi-meme d'un Jeff Thomas 31 boutons (un instrument remarquable a conseiller aux europeens avantages par l'euro), apres avoir possede un Morse de La Button Box, un bon instrument, mis avec anches d'accordeon. Un autre instrument que je recommande vivement aux interesses, c'est le Carroll, (voir Carroll concertinas sur le web) toujours plus abordable qu'un Suttner pour les europeens (a noter que plusieurs joueurs de ma connaissance vendent leur Suttner pour en acquerir un), mais le delai d'attente est de 3 a 5 ans!  
 Je suis par ailleurs un eleve de Noel Hill, aussi excellent pedaguogue que musicien. Encore bravo pour ce site. Je m'y rendri regulierement!
Andre "

2.2.  L'occasion :

Il n'est pas plus facile d'acquérir en France un concertina de seconde main qu'un instrument neuf. A signaler, quand même, deux adresses :

http://tradmusicshop.com/index.php?category/Instruments-d-Occasion

http://www.boite-accordeon.com/index2.html.

Les anglo-saxons ont plus de chance, voir, par exemple, les "secondhand prices" sur le site de Hobgoblin, avec sa liste impressionnante d'anglo-concertinas. http://www.hobgoblin.com/local/secondha.htm . Mais peut-être qu'un voyage en Grande  Bretagne vous rapprochera de cette mine d'or ?

Tentez votre chance en jetant un oeil dans... ma page des petites annonces !
 
 


Retour haut de page 
Retour sommaire
Dernière mise à jour : Oct 2012

3. Entretien de l'instrument

3.1. Petites réparations :

De nombreuses sources d'information sur la réparation du concertina (boutons, soufflet...) existent pour l'amateur courageux. Jetez un oeil sur http://www.concertina.net/repair.html ou encore sur http://hmi.homewood.net/

Il s'agit bien sûr de "petites" réparations. Pour les grosses et notamment celles qui touchent les anches, portez votre concertina à un spécialiste, le luthier d'origine étant la meilleure des solutions.

S'il vous arrive de faire tomber votre instrument et qu'une note "ne sorte pas bien" ensuite, il est possible qu'une anche soit sortie de son logement (cela m'est arrivé). Pas de panique, la solution pour remettre en place l'anche est très simple. Dévisser le côté opposé au bouton de la note défaillante. Dégager le trou respiratoire. Récupérer l'anche par le trou avec une pince brucelle puis positionner la dans son logement en la poussant bien au fond avec la panne d'un tournevisse. L'affaire est jouée !...


Retour haut de page 
Retour sommaire
Dernière mise à jour : Mars 2005


 

3.2. Entretien :

Un bon centre d'informations sur l'entretien se trouve sur le site de "House of Musical Traditions" à l'adresse http://www.hmtrad.com/wendy/sbx-care.html

Pour résumé : rangez et jouez de votre instrument dans un environnement propre et sain, ni trop chaud, ni trop froid, sec plutôt qu'humide ; protégez et transportez votre concertina dans une boîte adaptée (de toute manière à plat en position de jeu et non sur un côté) ; utilisez (modérément) des produits de nettoyage et de graissage adaptés (huile à base de silicone par exemple).

Si vous prêtez votre précieux ami à un débutant n'oubliez pas de lui dire de ne pas actionner le soufflet sans appuyer en même temps sur un bouton.

J'insisterai, par mon vécu de "sessionneur", sur deux dangers qui guettent nos lamelles d'anches :

 - la rouille

Lorsqu'en hiver vous quittez une rue froide pour entrer dans un pub bien chaud songez que la buée qui se dépose sur vos lunettes, fruit du contact brutal de la surface froide du verre avec un air ambiant chaud, se déposera également sur les anches de votre concertina lorsqu'il quittera le cocon protecteur de sa boîte. A plus ou moins long terme ce dépôt humide se transformera en rouille.

Pour éviter le choc thermique il vous faut laisser l'instrument se réchauffer peu à peu avant de jouer. Sortez-le de sa boîte et laissez-le un quart d'heure près de vous en discutant avec vos amis musiciens (profitez-en pour échauffer vos muscles par quelques mouvement de stretching voir  la santé du concertiniste ). Puis, sans vous lancer dans votre premier "reel" endiablé, ouvrez et refermez le soufflet tranquillement pendant 5 autres minutes sans solliciter les anches.

 - l'encrassement

Le lendemain d'une session de plusieurs heures dans un pub vous vous levez et reprenez votre concertina. Vous tirez votre soufflet. Que sentez-vous si ce n'est une âcre odeur froide de tabac souvenir des tabacopathes de la veille. On peut concevoir que, à suivre ce régime, nos lamelles s'imprègnent d'un mélange poisseux de goudrons nicotineux. Cette crasse ne doit-elle pas nuire à la libre vibration des lamelles ? Dans combien de temps ? Comment palier ou prévenir cette nuisance ?
Je n'ai pas vraiment de réponse à toutes ces questions et peut-être suis-je un peu trop paranoïaque, influencé par mon expérience de uilleann-pipeur nettoyant une fois par an ses lamelles avec un dégraissant (trichlo), n'hésitant pas à déligaturer l'anche pour nettoyer chaque lamelle.  Aujourd'hui je guette tout signe suspect sur mes anches de concertina et crains d'intervenir au premier signe noirâtre.

Si vous êtes comme moi un peu timoré pour intervenir sur des lamelles au risque de les désaccorder, le moindre risque serait de porter l'instrument à un spécialiste. Oui, mais lequel ? Pour un concertina "bas de gamme" dont le mécanisme des anches est similaire à celui d'un accordéon, pas de problème, un facteur d'accordéon vous dépannera. Par contre l'entretien d'un "vrai" concertina est un autre problème car il n'existe pas de spécialistes en France. Je connais près de chez moi à Nantes un réparateur d'accordéons passionné de concertina qui pourrait certainement me dépanner en cas de gros pépin. Pour une adresse dans votre ville je vous conseille de contacter l'Association Française du Concertina : ggg_concertina@net-up.com ou de jeter un oeil dans les archives de la liste de diffusion rec.music.makers.squeezebox (voir par exemple : la réponse à la question posée "Cleaning Concertina Reeds" - nettoyage des anches de concertina, en mars 2001).
 
 


Retour haut de page 
Retour sommaire
Dernière mise à jour : Février 2002


 

4. L'améliorer ?

Si vous êtes l'heureux propriétaire d'un Colin Dipper, d'un Wheatstone ou d'un Suttner, ces conseils ne vous sont pas destinés !
Par contre un concertina bon marché peut faire l'objet de quelques "bricolages" pour l'améliorer.

4.1. Les boutons :

Une des grandes faiblesses d'un concertina Stagi de base réside dans le mécanisme de ses boutons. Sa fixation au levier, en caoutchouc, s'use rapidement et lui fait perdre toute efficacité.  R.E. Tedrow nous explique comment remplacer les boutons d'origine. Voir ici http://hmi.homewood.net/hmic/. Je vous proposerai de simplifier sa technique en réalisant le poussoir du bouton à partir d'un gros clous de 6 mm de diamètre. Acheter le clou en métal inoxydable (acier zingué, laiton, inox) et prévoir un feutre entre la chemise du bouton et le poussoir. L'avantage du clou, outre son coût modique, est d'offrir une tête plate qui s'oppose à la perte du poussoir.
 
 

clou







4.2. Les ressorts :

La résistance des boutons à l'enfoncement est liée, à 80 %, à la longueur du levier qui actionne le tamponnoir bouchant le trou de notes. Plus le levier est court, plus le bouton est dur à enfoncer. Plus le bouton est dur à enfoncer moins vous êtes à l'aise pour jouer rapidement.

S'il n'est pas envisageable de modifier cette longueur de levier, il est théoriquement possible de jouer sur un autre élément : le ressort. S'il est trop puissant, un ressort plus doux vous fera gagner sur la résistance à l'enfoncement, mais attention, le nouveau ressort devra continuer à remplir son office en plaquant la rondelle obturatrice sur le trou de notes. Faites un essai avant de changer tous vos ressorts !

4.3. Le trou respiratoire :

Il existe un obstacle au libre écoulement du flux d'air dans votre concertina : son trou respiratoire. Plus le diamètre du trou est faible et plus l'air y circule avec peine et contrarie le mouvement du soufflet.

Il est souvent possible d'améliorer les choses en agrandissant le trou. Vérifier d'abord que l'affaire est envisageable en suivant d'un trait de crayon le périmètre de la rondelle obturatrice. Si le périmètre du trait déborde largement le trou, prendre un cutter et rogner du bois en se rapprochant du trait (sans oublier de vous arrêter à 2 mm du cercle !).

Les plus bricoleurs pourront envisager une modification radicale en changeant le tampon obturateur par une rondelle plus grande et, bien sûr, en adaptant le trou à cette nouvelle taille.

*
*   *

Un dernier conseil : soyez prudent. Si vous ne vous sentez pas à l'aise ne tentez rien qui soit irréparable !
 
 
 


Retour haut de page 
Retour sommaire
Dernière mise à jour :  Août 2002

5. La réparation

5.1 - Petit travaux...

Il m'est arrivé, un mois d'été particulièrement humide, de voir une anche sortir de son logement. Le bois n'aime pas les variations hydrométriques ! S'il s'agit d'une anche accessible par l'extérieur (= sans passer par le trou respiratoire) il suffit de démonter son côté de concertina puis de remettre l'anche dans son logement sans plus de difficulté. S'il s'agit d'une anche accessible que de l'intérieur (= par le trou respiratoire) les choses sont un peu plus compliquées. La première photographie nous montre une anche à remettre en place. Très facile pour une anche "externe" (la photo nous montre ici que des anches externes).

Plus compliqué pour une anche interne. Dans tous les cas bien noter l'emplacement du ou des côtés à ôter pour le(s) revisser après réparation. Laisser les visses en place pour ne pas les perdre.

Dans le cas d'une anche interne dévisser le côté opposé à l'anche, éventuellement les deux côtés pour bien localiser (et voir !) les choses, puis replacer l'anche dans son logement, par le trou respiratoire, à l'aide une pince brusselle. La photographie du dessous nous montre l'anche remise dans son logement.

5.2 - Pour les grosses opérations de maintenance plusieurs solutions se présentent à vous :

- déposer l'instrument chez son fabricant ce qui, hélas, nous impose d'expédier notre cher concertina à l'étranger avec l'aventure d'un acheminement lointain ;

- prendre contact avec un luthier réputé qui participe à une rencontre de musiciens (Dipper vient assez souvent à St Chartier, Suttner à différents stages en Irlande...) ;


- le remettre à un facteur-restaurateur français. Cette solution étant la moins évidente j'ai le plaisir de vous communiquer quelques précieuses adresses !


. un artisan qui entretient régulièrement les concertinas des gens du cirque et du spectacle (Wheatstone, Lachenal ou Colin Dipper, par exemple.)


LA BOITE D'ACCORDÉON


Laurent JARRY,

8 rue du Sergent BOBILLOT

93100 MONTREUIL FRANCE

Tél / Fax : 33 / 01 48 58 63 97

http://www.boite-accordeon.com

http://www.accordina.com

boite-accordeon@wanadoo.fr

. un jeune et sympathique artisan installé en Vendée

LES ACCORDEONS DU MARAIS

Stephane Le Lan

109, rue des Loges

85200 Fontenay-Le-Comte

Tél : 02 51 51 26 34

Port : 06 33 46 88 05

http://www.accordeons-du-marais.com

stephane.le-lan@orange.fr

. Ci-contre, en vrac, un certain nombre d'adresses :

Stéphane Morel à Bordeaux : http://morel-accordeons.com
Jérémie VANGLABEKE à Roanne : http://www.accordeon-essouffle.fr
Jean Pierre Le Meur jplemeur@hotmail.com
Marc Sérafini à Toulouse


Retour haut de page 
Retour sommaire
Dernière mise à jour : Août 2009